« Le capitalisme solidaire, c’est possible » tribune de Jean-Joël Huber dans le Journal des Entreprises (Juin 2015)

Tribune publiée dans le journal des entreprises en juin 2015 :

« Dans une tribune parue dans Le Monde fin avril, Emmanuel Macron appelait à une transformation profonde de l’entreprise grâce à une nouvelle  » démocratie actionnariale « . J’ai choisi de lui adresser une lettre pour lui montrer que c’est quelque chose que nous avons mis en place de façon très poussée à Movitex (Daxon, Balsamik, ndlr). En janvier, après la séparation d’avec Kering, nous avons ouvert 45 % du capital à nos 350 salariés. Un geste fort, que nous leur avions promis. 88 % d’entre eux ont souscrit, sur la base du complet volontariat. J’ai écrit au ministre pour lui dire, d’une certaine manière,  » vous l’avez rêvé, nous l’avons fait « . Et nous avons réussi à le faire dans une entreprise tout à fait traditionnelle, complètement intégrée à l’économie de marché, dans une logique de concurrence et de performance. La vente en ligne, ce n’est pas le monde des Bisounours. La seule différence, c’est que nous avons aligné les intérêts des actionnaires et des salariés, qui sont les mêmes. Il n’y a donc pas le problème de la volatilité des actionnaires traditionnels, qui n’ont finalement pas toujours intérêt à ce que l’entreprise dure longtemps. Je voulais surtout que ma lettre ait une valeur de témoignage, pour montrer ce qu’il est possible de faire aujourd’hui en France. Ça marche, et en plus c’est un vrai levier de motivation pour les salariés, qui se sentent moins infantilisés et plus impliqués. »